Qui sommes-nous ?

NOTRE CARTE D'IDENTITE
NOTRE OFFRE D'ENSEIGNEMENT
NOTRE PROJET
NOTRE HISTOIRE

 

Notre carte d’identité

Dès l’origine

Une école d’enseignement catholique
Fondée par la Congrégation des Filles de la Croix
Fidèle à l’esprit d’accueil de leur fondatrice, Mère Marie-Thérèse

Une communauté dynamique

Rassemblant 160 membres du personnel et 1200 élèves
S’appuyant sur une longue expérience pédagogique
Proposant, au terme du 1er degré, un large éventail d’options techniques et professionnelles

Dans un cadre d’exception

Des bâtiments accueillants dans un havre de paix
Au pied des Coteaux de la Citadelle
A deux pas de la Place Saint-Barthélemy, du Grand Curtius et de l’Esplanade Saint-Léonard
A cinq minutes de la Place Saint-Lambert et de la Gare du Palais

 

Retour en haut de page

Notre offre d'enseignement

 

1e DEGRE

1e année Commune I grille horaire
2e année Commune I grille horaire
Années complémentaires du 1e degré I grille horaire 1e - grille horaire 2e

1e année Différenciée - 2e année Différenciée I grille horaire

2e et 3e DEGRES

ARTS APPLIQUES

Arts I grille horaire
Arts orientation architecture I grille horaire
Art et structure de l'habitat I grille horaire
Techniques artistiques I grille horaire
Arts plastiques I grille horaire
Arts appliqués I grille horaire
Assistant aux métiers de la publicité I grille horaire
7e Complément en techniques publicitaires I grille horaire
Technicien en infographie I grille horaire

ECONOMIE

Sciences économiques appliquées I grille horaire  
Secrétariat I grille horaire 
Technicien de bureau I grille horaire
Tourisme I grille horaire 
Agent en accueil et tourisme I grille horaire

SCIENCES APPLIQUEES

Sciences appliquées I grille horaire 
Techniques sciences I grille horaire 
Technicien chimiste I grille horaire

SERVICES AUX PERSONNES

Sciences sociales et éducatives I grille horaire 
Techniques sociales I grille horaire 
Agent d'éducation I grille horaire 
Services sociaux I grille horaire 
Aide familal(e) I grille horaire 
7e Complément en éducation sanitaire I grille horaire

 

Ces options s'organisent en enseignement technique de transition ou de qualification ou en enseignement professionnel. Pour plus d'informations,contactez l'établissement par téléphone (04/2220405) ou par e-mail : contact@imt-liege.be

 

Retour en haut de page

Notre projet

Une démarche d’intériorité

Proposant le message chrétien
Promouvant la tolérance et le respect
Permettant un choix éclairé

Un encadrement

Se voulant à la fois humain et ferme
Promouvant les valeurs citoyennes
Attentif à la santé morale et physique

Une formation

Au fait des nouvelles technologies
Ancrée dans la vie professionnelle
Initiant à l’humanisme
Développant la réflexion critique
Conduisant à la démarche personnelle

Une pédagogie

Attentive aux différences individuelles
Favorisant l’interdisciplinarité
Promouvant le sens du travail

 

Le projet éducatif, pédagogique et d'établissement complet peut être consulté sur notre site : Notre projet

 

Retour en haut de page

Notre histoire

« Ji vs inme bin comme çoula » (« je vous aime bien comme cela »),
disait Mère Marie-Thérèse à tous les enfants défavorisés du quartier du Potay.

Elle a peu parlé, peu écrit
Elle a beaucoup prié
Elle a pris l’Evangile dans sa main
Elle a dit oui
Elle a agi

Mère Marie-Thérèse, figure emblématique du XIXe Siècle liégeois, fondatrice de la Congrégation des Filles de la Croix et béatifiée en 1991, est à la source de la création et de la philosophie de notre école.

 

S’ancrer dans le passé pour construire l’avenir

Situé dans un quartier proche du cœur historique de la cité ardente, l’IMT a connu les modestes débuts d’une école professionnelle accueillant une trentaine d’élèves. Quinze ans plus tard (1911), on en compte plus de trois cents, ce qui l’oblige à quitter ses locaux de la rue Hors-Château pour s’implanter définitivement rue Delfosse où les sœurs possédaient quelques arpents de vignes au bas des coteaux menant à la Citadelle. Entre-temps, les sections se sont diversifiées : coupe, lingerie, commerce, peinture, cours ménagers … L’offre d’enseignement que propose actuellement l’IMT se trouve en germe dans cette sélection certes balbutiante, mais urgemment adaptée aux réalités sociales de l’époque.

Pendant la première guerre mondiale, l’accroissement du nombre d’élèves aboutit à la création, en annexe à l’Institut, d’une école moyenne professionnelle au Mont-Saint-Martin.

A l’issue du conflit, l’effrayante mortalité masculine poussa quelques chefs d’entreprise à mettre sur pied, avec la direction de l’IMT, une école de dessin industriel pour jeunes filles, prémices de l’actuelle section d’Art et Structure de l’Habitat.

Les difficultés de l’époque, bientôt prolongées par la grande dépression économique, puis par la seconde guerre mondiale, donneront à la Congrégation des Filles de la Croix de multiples occasions d’exercer sa vocation première, l’aide aux plus démunis, non seulement par l’enseignement mais aussi par l’action sociale sur le terrain (formations dispensées par la Croix-Rouge, confection de vêtements destinés aux nécessiteux, repas populaires …)

La paix enfin revenue sera l’occasion de nouveaux défis. La seconde moitié du XXe Siècle se caractérise à la fois par le désir d’ériger en institutions quelques tentatives isolées de l’entre-deux-guerres (expositions de travaux d’élèves, réunions de parents, activités parascolaires : retraites, voyages à Paris …), et par le constant souci de diversifier l’offre d’enseignement.

De nouvelles sections voient le jour : Publicité et étalage, Assistant(e) de laboratoire clinique … Une nouvelle distinction s’impose désormais entre l’enseignement professionnel et les humanités techniques. L’introduction du « rénové » en 1971 relancera cette diversification, avec la création des sections de Chimie, Services aux personnes, Tourisme, … tandis que s’opère en 1983 la fusion de l’enseignement secondaire du Mont-Saint-Martin avec celui de la maison-mère.

En 1996, les lampions des fêtes de notre centenaire n’étaient pas éteints que déjà se préparaient les esquisses de nouveaux chantiers.
Au sens propre d’abord : le bâtiment préfabriqué dont la construction s’était imposée huit ans auparavant pour accueillir l’afflux de nouveaux élèves ne pouvait rester plus longtemps « provisoire » … Il fallait impérativement acter l’évolution de l’Institut en visant plus haut, plus actuel, dans un cadre constituant à lui seul une petite cité dans la ville. Ainsi vit-on bientôt s’ériger un nouveau bâtiment tout à la fois spacieux, fonctionnel et harmonieusement intégré dans un ensemble architectural dont les premiers témoins visibles remontent au XVIIIe Siècle.

 

Retour en haut de page